COMMUNIQUĖ DE PRESSE

 

22/11

LES MÉCANISMES INTERNATIONAUX DE PROTECTION 

JOIGNENT LEURS EFFORTS FACE À LA GRAVE SITUATION DE TORTURE

ET DE SURENCOMBREMENT DANS LES AMÉRIQUES

 

Washington, D.C., 17 mars 2011. Face aux graves conditions de détention et aux nombreux cas de torture qui sont enregistrés dans la région, les représentants des mécanismes mis en place aux Nations Unies pour combattre la torture, ainsi que le Bureau du Rapporteur de la CIDH sur les droits des personnes privées de liberté ont examiné les moyens de renforcer leurs relations et la coordination de leurs activités.  C'est dans ce but qu'a été tenue une première réunion au siège de la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) le 16 mars 2011.   Durant la réunion, les participants se sont penchés sur les rapports directs entre, d'une part, la tendance à adopter des politiques publiques répressives en matière de sécurité citoyenne et d'autre part, l'augmentation de la population carcérale, le nombre accru de cas de torture et autres traitements ou peines cruels, inhumains et dégradants, ainsi que la dégradation  des conditions de détention.

 

La CIDH et les membres des mécanismes de l'ONU, dans l'exercice des fonctions découlant de leurs mandats respectifs, se sont prononcés à plusieurs reprises au sujet de la grave situation  des personnes privées de liberté dans les Amériques. Ils se sont mis d'accord sur leur diagnostic et ils ont formulé des recommandations similaires et complémentaires.  Cependant, plusieurs de ces recommandations demeurent encore sans suite.

 

La réunion tenue à Washington a eu pour objectif de procéder à un échange de renseignements visant à encourager la coordination  d'activités destinées éliminer la torture et autres traitements ou peines cruels, inhumains et dégradants dans la région et d'aider les États à respecter leurs obligations.  Les représentants présents ont été d'accord sur l'utilité d'encourager une meilleure coordination en relation avec  la pratique de visites dans les États, la publication de communiqués de presse, l'élaboration de rapports thématiques et le suivi des recommandations adressées aux États membres, entre autres activités.

 

De même, ils ont reconnu l'utilité de mette au point un rapport commun qui analyse quelques-uns des aspects les plus pertinents de cette conjoncture, à savoir:

 

1.       Le recours excessif à la prison préventive.

 

2.       Le surencombrement et le surpeuplement; les conditions déficientes de détention pour ce qui est de l'infrastructure et du manque d'accès aux services de base comme l'alimentation, l'eau potable, les soins médicaux et les conditions hygiéniques adéquates.

 

3.       L'emploi de la torture à des fins d'enquête criminelle et le recours excessif à la force par les corps de sécurité dans les lieux de détention.

 

4.       La persistance de modèles d'impunité dans les cas de violations du droit à la vie, à l'intégrité personnelle et à la liberté personnelle, entre autres.

 

5.       Les indicateurs élevés de violence dans les prisons, où l'on enregistre chaque année un grand nombre de personnes mortes et blessées.  Cet état de choses affecte en outre des tiers comme les parents des personnes privées de liberté et même les fonctionnaires des centres de privation de liberté.

 

6.       La corruption et le manque de transparence dans la gestion policière, judiciaire et pénitentiaire.  

 

7.       La non-existence d'organismes nationaux autonomes de supervision des lieux de privation de liberté et le manque d'ouverture de quelques États à la supervision d'organismes internationaux.

 

Ont participé à cette réunion  le Rapporteur de la CIDH sur les droits des personnes privées de liberté dans la Amériques, Rodrigo Escobar Gil; le Président du Comité contre la torture de l'ONU, Claudio Grossman; le Rapporteur de l'ONU sur la torture et autres traitements ou peines cruels, inhumains ou dégradants, Juan Mendez; le Vice-Président  du Sous-comité contre la torture de l'ONU, Mario Coriolano; le Secrétaire exécutif de la CIDH, Santiago A. Cantón;, le chef de la Section Amérique, Europe et Asie centrale du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les droits de l'homme, Maria Clara Martin, entre autres experts du système interaméricain et du système universel. 

 

 

Bureau de presse de la CIDH 

Site internet de la CIDH

 

 

Lisez-vous cette communiqué en anglais / Read this press release in English

 

Lisez-vous cette communiqué en espagnol / Lea este comunicado en español

 

 

Contact de Presse: María Isabel Rivero - Tél. (202) 458-3867 - mrivero@oas.org

Site web de la CIDH: www.cidh.org

 

Pour s’inscrire ou annuler son inscription à la liste de distribution des communiqués de presse de la CIDH, veuillez utiliser ce formulaire disponible sur internet. Merci beaucoup.